Pratiques à  risques


La notion de risque est une notion médicale. il est important de comprendre que l’ acte sexuel n’ est pas un risque en soi. Mais dans certaines conditions leur pratiques peuvent entraîner un risque de transmission de maladies appelées IST. Dautres situations comportent aussi des risques de transmission de ces maladies.

Il peut s’ agir de pratiques sexuelles volontaires ou subies, de pratique de toxicomanie, de tatouage, d’ accident : rupture de préservatif, blessure, ou de soins avec du matériel non stérile.

Les risques varient en fonction des pratiques, des IST et des situations notamment de l’ état de santé des partenaires.

Le risque peut être aussi corrélé à  l’ état de vigilance des partenaires donc la consommation de drogue ou(et) d’ alcool.

Toutes les  IST augmentent le risque de contamination par le VIH.

 

Variation des risques en fonction des pratiques sexuelles :

  • Le baiser :

Au niveau du VIH : risque nul

Pour les autres IST :  Le baiser ne comporte aucun risque si les muqueuses de la bouche sont saines. C’ est-à -dire qu’il n’ y a ni blessure ni saignement. Dans le cas contraire il y a un risque théorique pour la transmission de l’ hépatite B.

  • Les caresses sur la peau :

aucun risque en dehors de le présence de condylomes ou crêtes de coq .

  • Le cunnilingus :

Au niveau du VIH le VIH n’est pas présent dans la salive, une femme ne peut donc pas être contaminée. Par contre il existe un risque de contamination du ou de la partenaire si le femme recevant le cunnilingus est porteuse du VIH sans être traitée et a ses règles.

Pour les autres IST : risque pour l’hépatite B, la syphilis, la blennorragie et l’herpès.

  • L’anulingus : même réponse que le cunnilingus
  • La fellation :

Au niveau du VIH : pas de risque pour l’homme recevant la fellation mais risque possible pour le personne effectuant la fellation si son partenaire est infecté sans traitement et que sa bouche présente des lésions (blessure, aphtes, angine, etc..) ou qu’il est atteint de syphilis ou d’une autre IST qui fragilise sa muqueuse.

Au niveau des autres IST : risque pour l’hépatite B, la syphilis, la blennorragie

  • La pénétration vaginale :

Au niveau du VIH : risque de contamination pour la femme surtout si l’homme effectuant la pénétration est en primo-infection et/ou ne prend pas de traitement et si elle-même souffre d’une autre IST.

Risque de contamination pour l’homme. Ce risque est augmenté si la femme a ses règles et si lui-même est atteint d’une autre IST.

Au niveau des autres IST : risque pour l’hépatite B, la syphilis, la blennorragie,  chlamydiae et toutes les autres IST

  • La pénétration annale ou sodomie :

Au niveau du VIH : risque de contamination important. Plus le rapport est traumatisant pour les muqueuses : fissures, blessure, saignements plus il est contaminant pour les deux partenaires.

Le risque est bien sur majoré en cas de coinfections

Au niveau des autres IST : risque pour l’hépatite B, la syphilis, la blennorragie

  • Le fist  et les pratiques de travail du cul (insertions d’objets)

Les risques sont dépendants du partage des objets, de l’utilisation ou pas de gants uniques et jetable et du partage des pots de lubrifiant.

A noter que les pratiques traumatisantes augmentent le risque de contamination de manière tres importante.

Cela est vrai pour toutes les IST.