Que faire si …


  •  j’ai une relation sexuelle sans préservatif

Tous les types de relations sexuelles ne comportent pas les mêmes risques de transmission ou de grossesse. De plus il  est souvent difficile de connaitre l’état de santé de son partenaire.

La priorité est de savoir si la relation comporte un risque de transmission du VIH. En effet il existe un traitement d’urgence, le TPE, qui permet de réduire très fortement la contamination. Ce traitement est à prendre le plus vite possible (au max 48h après).

En cas de doute le mieux est d’aller consulter dans le service des urgences de l’hôpital le plus proche.

En ce qui concerne les autres pathologies (syphilis, hépatites, gonocoque, chlamydiae, etc..)  le mieux est de consulter un médecin afin d’évaluer la réalité du risque et de faire les examens sanguins ou les prélèvements locaux nécessaires.

Si vous ne prenez aucune contraception et que vous ne désirez pas une grossesse, il existe deux contraceptions d’urgence : la pilule du lendemain (jusqu’à 72h après le rapport) et le DIU (stérilet) à poser dans les 5 jours qui suivent le rapport vaginal.

 

  • le préservatif a craqué

 Si le préservatif a craqué au début de l’acte sexuel et que vous l’avez immédiatement remplacé, il n’y aucun risque.

Si vous vous en êtes aperçu après l’éjaculation les risques infectieux sont les mêmes que sans préservatif, une grossesse est bien sur possible.

 

  • Je ne trouve pas le préservatif ou je n’ai retrouvé qu’un morceau

Les risques de contamination infectieux sont les même que sans préservatif.

Dans le cas d’un rapport vaginal il est important de retirer le préservatif ou les morceaux. Si cela est impossible le mieux est d’aller consulter un médecin ou un gynécologue rapidement.

Une grossesse est possible.

 

  • j’ai un retard de règles

si vous avez eu un ou des rapports sans préservatif ou un accident de préservatif, vous pouvez faire un test de grossesse urinaire ou sanguin. Certains tests urinaires sont valides dès 14 jours après les rapports. Le délai est le même pour le  test  sanguin.

 

  • j’ai des questions sur mes pratiques

Voici quelques propositions de lieux ou de sites internet :

Des associations sur bordeaux :

IPPO (bien sûr !),

Le CACIS : place de l’Europe au grand parc à Bordeaux. Tel : 05 56 39 11 69 ;

http://cacis-pro.fr

Le Girofard : 34 Rue Bouquière à Bordeaux. Tel : 09 81 81 98 77 ;

http://www.le-girofard.org

Le CEGIDD (Centre Gratuit d’Information de Dépistage et de Diagnostic) : Maison Départementale de la Santé 2 rue du Moulin Rouge à Bordeaux. Tel: 05.57.22.46.66 ;

https://www.gironde.fr/sante-sexualite/mieux-vivre-sa-sexualite

Votre médecin traitant

Sur le net :

http://www.planningsfps.be/Pages/default.aspx

https://www.sexoconseil.com/

 

  • ça gratte, ça brule, ça coule, ça sent bizarre de/dans mon vagin, ou mon pénis, ou mon anus

C’est en général le signe d’une infection locale. Il est important de voir un médecin (soit votre médecin traitant soit un médecin spécialisé dans un centre de dépistage le CACIS ou le CGID à Bordeaux par exemple).

En fonction de votre examen clinique et de votre situation le médecin vous proposera de faire des prélèvements locaux et des examens sanguins si nécessaire. Un traitement du ou des partenaires peut être proposé.

 

  • je saigne après un rapport

Vous êtes une femme :

Il existe de nombreuses raisons de saigner après un rapport : début ou fin des règles, ectropion (présence de muqueuse utérine sur le col), rapport traumatique, infection par le virus HPV, etc… Dans tous les cas il est important de consulter un médecin pour éliminer une lésion vaginale ou une inflammation du col avec  infection par le Papilloma virus. Pour cela le médecin doit vous proposer un frottis du col à faire au cabinet ou au laboratoire. Le frottis est non douloureux et remboursé par la sécurité sociale.

De plus si le rapport n’était pas protégé par un préservatif il est à risque de contamination des IST.

La consultation médicale va permettre d’évaluer ensemble les risques réels et les examens nécessaires.

Vous êtes un homme :

Les saignements sont au niveau du pénis. Vous pouvez avoir une blessure du pénis en lui-même à l’extérieur ou au niveau des corps caverneux et de l’urètre (conduit de sortie de l’urine.

Cela peut aussi être le signe d’une infection : dans la vessie ou la prostate.

Les saignements sont au niveau de l’anus : cela peut être une blessure ou fissure de l’anus ou de sa muqueuse mais aussi d’hémorroïdes.

Une consultation médicale est conseillée pour faire le point.

Vous êtes transgenre :

Comme pour les précédents il n’est pas normal de saigner après un rapport. Un saignement peut être dû à une blessure des muqueuses. Il est important de consulter un médecin.

 

  • j’ai mal pendant ou après un rapport

Vous êtes une femme :

les douleurs peuvent être dues à des contractions des muscles du vagins, des blessures au niveau du vagin ou un organe plus interne : vessie, utérus, colon etc..

Vous êtes un homme :

les douleurs peuvent être dues soient à un traumatisme (corps caverneux par exemple), soit à des anomalies anatomiques (adhérence prépuces phimosis, pathologie du frein etc..) soit à des infections, soit à une maladie de Lapeyronie (pathologie de la verge qui se déforme en érection).

Vous êtes transgenre :

La douleur peut être due à des blessures internes, des brides chirurgicales ou des lésions d’organes voisins.

Le mieux est de consulter un médecin pour avoir un examen clinique.

Dans tous les cas les rapports sexuels ne doivent pas être douloureux, il est important de consulter un médecin pour faire le point.

 

  • je suis enceinte :

 Les tests de grossesse sont sûr à 99% ils peuvent détecter un début de grossesse dès le        premier jour de retard de règles ou 14 jours après un rapport.

Une interruption volontaire de grossesse est possible jusqu’à 8 semaines d’aménorrhée (semaines sans règles) par méthode médicamenteuse et 12 semaines par méthode instrumentale. Les deux méthodes sont remboursées par la sécurité sociale.

Que la grossesse soit désirée ou non, le mieux est d’aller consulter un médecin : votre généraliste, gynécologue, centre de planification familial etc… dans la semaine qui suit le diagnostic afin de faire le point au plus tôt sur vos besoins et les examens nécessaires.

 

  • j’ai des boutons bizarres sur mon pénis, vagin, anus…

Il peut s’agir de boutons sans gravité : petite inflammation du rasage par exemple mais une  infection sexuellement transmissible est possible.

Les plus fréquentes sont l’herpès génital, les condylomes ou la syphilis. Dans la plupart des cas un prélèvement est nécessaire pour avoir un traitement adapté. Le mieux est d’aller consulter un médecin.

 

  • je n’ai pas de désir sexuel ou je ne bande pas ou ne mouille pas

Il n’y a pas forcement de lien entre le désir et les réactions physiques de l’excitation comme une érection ou une lubrification.

Le désir est une notion très intime et personnelle. Il peut varier en fonction d’une multitude de causes : conditions de vie, état de santé, médicaments : pilule, antidépresseur, médicaments pour le cœur, etc. Si vous souffrez d’un manque de désir et que cela vous inquiète vous pouvez en parler à un médecin ou un spécialiste comme un sexologue.

Au niveau des réactions physiques de l’excitation :

Vous êtes une femme :

Il est difficile de quantifier la lubrification vaginale. La sensation de sècheresse peut être due à des irritations et pas à une absence de lubrification.

Beaucoup de facteurs peuvent modifier la lubrification du vagin : la fatigue, le stress, des troubles hormonaux ou des modifications physiologiques comme pendant l’allaitement, des maladies comme le diabète ou des IST, des médicaments comme  la pilule, etc…

Son absence peut n’avoir aucun rapport avec les sentiments ou le désir.

De plus cette lubrification demande du temps : plusieurs minutes après stimulation. C’est un des intérêts des préliminaires.

Cette absence est rarement grave et ne doit pas vous inquiéter. Bien sûr en cas de doute n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou gynécologue.

Le rôle de cette lubrification n’est pas de quantifier le désir mais de faciliter le rapport sexuel, le rendre non douloureux et aussi protéger la muqueuse vaginale.

Le plus important si vous avez l’impression qu’elle n’est pas suffisante est de la remplacer par des lubrifiants pour protéger votre muqueuse.

  

Vous êtes un homme :

Il faut différencier les pannes occasionnelles (moins de 6 mois, peu fréquentes) d’une difficulté plus ancienne ou très régulière.

Les pannes sont occasionnelles :

Tous les hommes peuvent connaitre des pannes occasionnelles. Leurs causes sont     nombreuses : stress, fatigues, alcool, tabac, etc. Elles ne sont souvent le signe d’aucune anomalie particulière ou grave tant qu’elles restent occasionnelles. Un peu de repos est souvent suffisant.

Les pannes régulières ou anciennes (plus de 6 mois) :

Elles sont pour la grande majorité dues à des causes physiques : athérosclérose (inflammation des vaisseaux et cholestérol), hypertension, diabète, maladie neurologique ou dépression, traumatisme ou chirurgie du bassin, déformation du penis mais aussi certains médicaments ou le tabac.

Pour certaines de ces causes il existe des traitements et donc une consultation médicale est nécessaire.

Dans tous les cas un avis médical est intéressant car il y a maintenant plusieurs solutions pour retrouver une érection satisfaisante. Ces solutions peuvent être des médicaments. La plupart des médicaments proposés ont des contre-indications. Un avis médical et un bilan de santé complet sont donc indispensables.

 

Vous êtes transgenre :

Le désir et les réactions physiques peuvent être extrêmement perturbés pas les traitements chirurgicaux et hormonaux.

Il est important de pouvoir parler de ses inquiétudes auprès de professionnels informés ou d’associations de pairs.

Voici quelques adresses d’associations pour la Nouvelle Aquitaine :

https://www.le-refuge.org/

A Bordeaux :

http://trans3.fr/

A Poitiers :

http://www.entousgenres.org/

A Pau :

http://idem.hautetfort.com/

A Dax :

https://www.lesgascons.com/association/pole-transidentite/

A Villeneuve sur Lot :

https://www.facebook.com/pg/assolgbt47/about/

A Saintes, La Rochelle, Angoulème :

http://www.adheos.org/transidentite